Livraison OFFERTE dès 50€ d'achat en France Métropolitaine
Livraison OFFERTE dès 50€ d'achat en France Métropolitaine
Panier 0

Arthrose: À la recherche de nouveaux traitements

Trouver de nouvelles solutions thérapeutiques est indispensable dans l'arthrose.

Cette maladie sérieuse se développe de façon considérable dans le monde et augmente le risque cardiovasculaire. Les traitements médicamenteux sont en première ligne des recommandations :

exercice physique, perte de poids, aide à la marche au besoin avec des dispositifs techniques.
Sur le plan pharmacologique, les médicaments sont de moins en moins nombreux et plutôt remis en cause par plusieurs études très récentes qui devraient modifier les habitudes de prescription :
le paracétamol n'a qu'une efficacité antalgique et fonctionnelle faible; les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), dont le diclofénac largement prescrit, augmentent le risque cardiovasculaire à long terme mais aussi à court terme ; enfin le tramadol augmente le risque de décès chez les patients arthrosiques de plus de 50 ans.


Dans ce contexte difficile pour la prise en charge des patients, l'espoir repose sur les innovations.


Heureusement, des cibles ont été identifiées pour freiner les dégradations de l'os et du cartilage et pour favoriser la régénération du cartilage. Plusieurs essais sont déjà en cours.
Certains visent à inhiber des messagers de l'inflammation, des protéines ou des voies de signalisation impliqués dans la dégradation de l'os et du cartilage.
D'autres visent des molécules qui activent la production de cartilage. La médecine régénérative se développe aussi avec des injections d'un type de cellules dont les chercheurs espèrent qu'elles auront la capacité de se transformer pour fabriquer du cartilage ou de sécréter des molécules anti-inflammatoires ou de freiner les dégradations osseuses.
Une méta-analyse a conclu à la sécurité de cette stratégie et à ses effets positifs sur la douleur et la fonction articulaire dans l'arthrose du genou, mais ce travail doit encore être confirmé par d'autres études.
Enfin, un biomédicament antalgique, le tanézumab, a une efficacité intéressante confirmée dans la douleur arthrosique. Il s'administre sous la forme d'injections sous-cutanées toutes les 8 semaines.
Dès qu'il sera disponible, la question sera de définir les patients qui pourront en bénéficier en priorité.

N'hésitez pas à aller faire un tour sur la BOUTIQUE et à laisser vos commentaires.


Source EULAR 2019, d'après la communication du Pr Francis Berenbaum, www.egora.fr, Corinne Tutin, 02/07/2019.




Article précédent Article suivant